Conseil0218 SoMe

Ne payez-vous pas trop de charges communes ?

Ça y est ! Vous êtes bien installé, au bon endroit, dans l’espace de bureaux idéal. Accessibilité, cadre, quartier, … tout y est ! Mieux encore : le loyer mensuel est abordable, et adapté à votre budget. Mais… parce qu’évidemment, il y a un « mais » …

En effet, vos charges communes mensuelles sont plus élevées que prévu, et votre loyer n’est finalement pas aussi attrayant qu’il n’y paraît. Pire, en s’accumulant, ces coûts compriment le budget de votre entreprise, même rentable.

C’est une erreur classique : on trouve le bâtiment et le loyer souhaités et l’on signe les yeux fermés, en croyant réaliser l’affaire du siècle. Tout cela sans se soucier des frais liés à la nouvelle location.

Il faut dire que les charges communes ont tendance à être peu explicites dans le contrat de bail. De plus, certains postes restent évasifs, comme la rubrique « divers », par exemple, qui veut tout et ne rien dire à la fois. A proscrire !

Des charges basses… vraiment ?
Bien souvent, le propriétaire ou l’agent annoncent des provisions de charges relativement faibles afin de rendre la location plus attrayante. De la poudre aux yeux pour endormir le locataire potentiel.

En effet, lors du premier décompte, le réveil peut être rude : les charges sont plus élevées - voire parfois largement supérieures - aux provisions annoncées.

Pour ne pas en arriver là, il est essentiel que le locataire connaisse dès le départ le montant précis des charges à payer. Histoire de ne pas se retrouver avec une facture salée en fin d’année. Un « cadeau » qui ne fait plaisir à personne.

Quels types de charges ?
Outre la norme de l’immeuble, l'âge et la construction du bâtiment ont eux aussi une incidence sur le montant des charges.

On distingue trois types de charges facturées en Belgique chaque trimestre :
• les charges communes destinées à tous les locataires du bâtiment
• les charges privatives du locataire
• les charges du propriétaire

Il est important de s’assurer que les charges destinées au propriétaire ne soient pas facturées aux locataires. Ce qui est malheureusement parfois le cas !

Quelles solutions ?
1. Soyez intransigeant lors de la lecture du bail et du décompte des charges et posez les bonnes questions :
• Qu’est-ce qui est précisément prévu au niveau des charges communes ?
• La partie omnium du contrat d’entretien des ascenseurs est-elle à votre charge ?
• Qu’en est-il de la garantie totale du contrat de maintenance des installations HVAC ?
• Qui doit financer/payer le ravalement de façade ?
• Les quotités sont-elles correctement établies ?

2. Faites appel à un professionnel
Un Tenant Rep indépendant vous permettra de comprendre à quoi correspondent les charges que vous payez en passant chaque poste au peigne fin. Il vous avertira des irrégularités et des coûts en dehors du benchmark. Il effectuera également une vérification des charges communes injustifiées.
Bien-sûr, le Tenant Rep indépendant sait que la réduction des coûts est un sujet brûlant pour toutes les entreprises. C’est pour cela qu’un audit des charges est proposé afin de déterminer comment les optimiser.

yvesVideo 

Notre géomètre-expert assermenté vous donne des conseils à tenir en compte avant la signature de votre bail.